Travaux HIMO

Travaux à Haute Intensité de Main d’œuvre

Le programme HIMO est axé sur les jeunes des zones urbaines et péri urbaine, et mis en œuvre dans une perspective de construction de nouvelles infrastructures et/ou de réhabilitation et d’entretien d’infrastructures urbaines essentielles existantes et de création d’emplois pour les jeunes et les femmes à court terme.

Le projet distribue des revenus aux jeunes âgés de 18 ans et plus et aux femmes pauvres et vulnérables des communes urbaines à travers la réalisation des micro-projets HIMO. Le salaire journalier appliqué est de 35 000 francs guinéens pour 5 heures de travail y compris un temps de pause de 30 à 45 minutes. La question du genre est prise en compte, et 40% des travailleurs sur chacun des microprojets HIMO sont des femmes. Des dispositions sont prévues pour permettre la garde des enfants, assurer les premiers secours, la sécurité et l’hygiène de travail sur les chantiers HIMO. Les handicapés sont aussi sélectionnés pour conduire des activités de chantier ne nécessitant pas un grand effort physique

Pour la mise en œuvre des micro-projets, des ONG légalement constituées sont sélectionnées, et un comité de ciblage formé de 3 membres choisis parmi les autorités religieuses, les associations de jeunes et de femmes, le personnel enseignant, est mis en place pour la sélection des travailleurs.

L’identification des premiers microprojets a démarré durant le dernier trimestre 2013 et leur mise en œuvre, n’a démarré qu’au premier semestre 2014, pour s’achever en janvier 2015. Pour un total de 13 361 emplois crées sur 18 472 travailleurs sélectionnés, 2 008 205 dollars Américains ont été versés comme salaire aux dits travailleurs vivant dans les quartiers des communes de Conakry, Boké, Kindia, Mamou, Labé, Kankan et Faranah.

Le budget de 1.865.000 dollars Américains alloué aux activités à haute intensité de main d’œuvre par le Fonds pour la Consolidation de la Paix a été décaissé à 99 %, avant la date de clôture du 31 octobre 2015. Conformément aux accords, la CFS a transmis au service décaissement de la Banque mondiale une copie de l’ordre attestant le reversement du solde. Le rapport d’achèvement de la partie nationale sera transmis à la Banque mondiale avant la fin du mois de février 2016. Ce fonds a permis de cibler 6.000 bénéficiaires dans les communes de Ratoma, Matoto et Fria, et de réaliser 40 microprojets. Selon une enquête quantitative menée, ce financement a également contribué à l’établissement de la cohésion sociale entre les différents groupes ethniques ayant travaillé ensemble, pour l’exécution des 40 microprojets.

Courant l’année 2015, les activités de cette composante ont bénéficiées de deux sources de financement :

  • Le fonds de consolidation de la paix du PNUD a permis de réaliser 40 microprojets à Ratoma, Matoto et Fria, de créer 6 000 emplois (65% femmes), et de verser 894.880 dollars aux bénéficiaires ;
  • Le fonds IDA a permis de signer 163 contrats dont 13 ont été réceptionnés et 17 autres sont en cours. L’exécution des autres microprojets se poursuivra en 2016, qui concernent en plus des communes susmentionnées, les villes de N’zérékoré, Télémélé et Forécariah.

2017 Projet des Filets Sociaux Productifs Equipe NGITECH