Sauvegardes Environnementales

  • Aspects généraux

Depuis plus de trois (3) décennies, les institutions financières multilatérales et bilatérales ont développé et exécuté des politiques, des cadres stratégiques et des procédures dans le but de prendre en compte les aspects liés à la gestion des risques et impacts environnementaux et sociaux dans leur intervention en vue d’appuyer un développement économique durable.

Pour la mise en œuvre du projet de filets sociaux productifs financé par une de ces institutions, la Banque mondiale en l’occurrence, des instruments de sauvegarde environnementale et sociale ont été préparés.

L’objectif est de prendre en compte les risques et impacts négatifs pouvant découler de l’exécution des activités du projet, notamment les THIMO (travaux à haute intensité de main d’œuvre).

L’étude d’impact environnemental et social réalisée lors de la préparation du projet a indiqué que celui-ci est classé dans la catégorie environnementale et sociale B. Cela signifie que les activités du projet auront certes des impacts négatifs, mais ceux-ci sont limités, de moindre envergure et réversibles. Pour ce faire, ce sont deux (02) politiques de sauvegarde de la Banque mondiale qui sont déclenchées et que le projet devra observer dans l’exécution des activités du projet. Il s’agit de l’OP 4.01 relative à l’évaluation environnementale et sociale et l’OP 4.12 relative à la réinstallation involontaire.

Divers instruments ont été préparés à cet effet pour la mise en œuvre du projet. Il s’agit notamment du cadre de gestion environnementale et sociale (CGES) et du cadre de politique de réinstallation (CPR).

Pour l’exécution concrète des activités des microprojets sur le terrain, des plans de gestion environnementale et sociale (PGES) ont été préparés.

Concrètement, toutes les activités du projet devront faire l’objet de screening en vue de connaitre :

  • Leur catégorie environnementale et sociale ;
  • Le type d’évaluation environnementale et sociale à mener (travail environnemental, étude d’impact simplifiée ou étude d’impact approfondie) ;
  • Les mesures d’atténuation des impacts négatifs identifiés ;
  • Les structures de mise en œuvre de ces mesures ;
  • Les responsables chargés du suivi de la mise en œuvre de ces mesures ;
  • Les coûts liés à ces mesures.

 

  • Objectifs

L’objectif principal de toute la démarche est de faire en sorte que l’exécution des différentes activités du projet respecte les normes environnementales et sociales préconisées dans ces instruments et que soient minimisés les risques et les impacts négatifs des activités du projet sur l’environnement physique et humain des sites d’intervention.

Un aspect important à noter, c’est la participation des populations dans le processus d’identification des impacts négatifs, la proposition des mesures d’atténuation et le suivi de la mise en œuvre de celles-ci à travers des séances de consultation publiques.

  • Les principales activités menées sont au titre du financement additionnel :

 

  • Formation des 22 DPEEF sur le screening, les consultions publiques et le suivi environnemental et social ;
  • Formations acteurs d’exécution des PGES que sont les membres des CVS au nombre 54 (comités villageois de salubrité) et de suivi des PGES que sont les Pairs éducateurs au nombre 124 ;
  • Le screening des 416 idées de projets des communautés et des 171 microprojets retenus ;
  • Préparation des PGES des 171 microprojets du FA ;
  • 1 mission de suivi des PGES HIMO sur le terrain par les DPEEF ;
  • 10 missions de supervision des activités réalisées dans le cadre des aspects de sauvegarde relatifs aux travaux HIMO ;
  • 1 mission de supervision de l’exécution des PGES avec 3 consultants de la CFS Niger et 2 consultants de la Banque mondiale.

2017 Projet des Filets Sociaux Productifs Equipe NGITECH